“American mezzo-soprano Angela Brower as the composer physically conducted her opera though of course she sang not a word after the prologue, her presence in the opera seria adding the concept of creation and pride of creation to Mme. Mitchell’s inexhaustible philosophical complexities. She somehow seamlessly integrated her “Sein wir wieder gut” into the conceptual flow of the prologue, emanating gorgeous silvery tones in her radiant declaration of the powers of music.”

Opera Today

“Amongst a generally good quality supporting cast, Angela Brower stood out as an earnest and heartfelt Composer”

Bachtrack

“Le compositeur d’Angela Brower constitue le troisième rôle féminin remarquable du plateau. La projection et le vibrato -tremblement travesti- laissent leur empreinte insistante, à la crête de l’accompagnement orchestral.”

Ôlyrix

“Dans ce personnage pour lequel notre époque n’a apparemment plus besoin du travesti, Angela Brower fait une excellente impression, par la sensibilité à fleur de peau qu’elle parvient à exprimer. Par ses nuances claires, la mezzo américaine s’épanouit dans ces rôles hybrides que sont le Compositeur ou, son cousin, le Chevalier à la rose.”

Forum Opéra

“Quant à Angela Brower, elle est un Compositeur (-Compositrice, car la mise en scène lui fait échapper au travesti) touchant ; son timbre clair en souligne la vulnérabilité, moins combative que blessée par les assauts faits à son œuvre.”

AvantSceneOpera